“Amour du jeu et respect des règles, c’est le binôme qui préside au club. » Marc Goupil, président du RCV depuis deux ans, résume de manière
simple et efficace la politique qu’il mène.

«Au-delà de la formation du jeune footballeur, nous avons un véritable projet socio-éducatif qui vise à participer à son éducation comme citoyen, que ce soit dans le champ de l’environnement, de l’éducation civique ou encore de l’hygiène», ajoute Amar Djouahra, le directeur sportif du RCV.

400 : c’est le nombre de licenciés au RCV, dont 300 enfants. Le club a reçu le label qualité «école de foot» de la Fédération française.

Respect du club, de soi, des adversaires, de l’éducateur, de l’arbitre. Sur le terrain, sur le banc de touche mais respect aussi de la part des  spectateurs et des accompagnants. Une charte spécifique a ainsi été édictée pour les parents. Avec à la clé la menace d’exclusion pour ceux qui  ne jouent pas le jeu.

« C’est une synergie globale, insiste Marc Goupil. Educateurs, joueurs, parents, les règles de respect sont les mêmes pour tous. » En mettant en place une politique de formation -fédérale et en interne- de leurs 18 éducateurs, le RCV entend encore développer la cohérence de l’encadrement à ce sujet.

L’exemple des pros...

Et quand certains joueurs professionnels débordent, l’encadrement du club réagit. « Il ne faut pas que les mauvais comportements sur les  terrains professionnels soient des exemples pour la jeunesse. Nous avons des règles claires et établies, ce sont elles que l’on suit au club. Pas ce que l’on voit parfois à la télévision ou au stade », souligne Marc Goupil.

Pour un enfant qui conteste les décisions de l’arbitre, la règle est simple : il fera l’arbitre. En se mettant à cette place, il se rend compte que ce  n’est pas si évident que cela ! Prochain rendez-vous important pour le RCV, le stage des vacances de printemps. Pendant quatre jours, il  rassemble une centaine d’enfants toute la journée. En mai, ce sera le tournoi national avec près d’un millier de personnes de la France entière.