Cantines scolaires : Communiqué de presse de François RIO

-

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de François RIO, Maire de Saint-Jean-de-Védas, relatif à la tarification et à l'équilibre alimentaire des cantines scolaires.

COMMUNIQUÉ DE FRANÇOIS RIO, MAIRE DE SAINT-JEAN-DE-VÉDAS

« Tarification et équilibre alimentaire des cantines scolaires Védasiennes »

Nous entendons depuis quelques jours tout et n’importe quoi à propos des cantines scolaires de la Ville de Saint-Jean-de-Védas. C’est pourquoi, je tiens à rétablir la vérité avec des chiffres et des faits précis ; car comme disait le dramaturge Plaute « les faits parlent d’eux-mêmes ».

Le coût d’un repas pris à la cantine revient à 9.5€ par jour et par enfant. Il inclut les denrées alimentaires, le personnel, le matériel, les dépenses énergétiques… Cette année, nous prévoyons de servir 124 000 repas, pour un coût global de 1 178 000€ (872 153€ pris en charge par la Commune et 305 847€ par les familles).

Aujourd’hui les familles paient entre un quart et un tiers du coût réel du repas de leurs enfants. Les plus modestes ont un tarif maintenu à 2.40€. De 2022 à 2023, la tarification des repas de la cantine a évolué de la manière suivante :

• Quotient familial jusqu’à 400.99 : maintien du tarif à 2.40€ (la famille paie ainsi 25.26% du coût de revient d’un repas).

• Quotient familial jusqu’à 600.99 : augmentation de 0.05€ par repas (de 2.52€ à 2.57€). Cela représente 7.20€ par an (144 repas sont servis sur une année scolaire), soit 72 centimes par mois étalés sur 10 mois (la famille paie ainsi 27.05% du coût de revient d’un repas).

• Quotient familial jusqu’à 800.99 : augmentation de 0,11€ par repas (de 2.64€ à 2.75€). Cela représente 15.84€ par an, soit 1.58€ par mois (la famille paie ainsi 28.94% du coût de revient d’un repas).

• Quotient familial jusqu’à 1000 : augmentation de 0,17€ par repas (de 2.75€ à 2.92€). Cela représente 24.48€ par an, soit 2.45€ par mois (la famille paie ainsi 2.92€ paie 30.73% du coût de revient d’un repas).

• Quotient familial jusqu’à 2000 : augmentation de 0,22€ par repas (de 2.87€ à 3.09€). Cela représente 31.68€ par an, soit 3.17€ par mois (la famille paie ainsi 32.53% du coût de revient d’un repas).

• Quotient familial supérieur à 2000 : augmentation 0.30€ par repas (de 2.98€ à 3.28€). Cela représente 43.20€ par an, soit 4.32€ par mois (la famille paie ainsi 34.53% du coût de revient d’un repas).

Financièrement, la Ville de Saint-Jean-de-Védas « prend toute sa part ». En 4 ans notre reste à charge a pratiquement triplé sur la partie achat des repas auprès du prestataire, les autres coûts étant intégralement supportés par la Commune. Ainsi, pour ce qui concerne l’achat des repas au prestataire :

• En 2019 : la Municipalité a acheté pour 290 959€ de repas et a perçu de la part des familles 255 932€ (soit un reste à charge pour la Ville de 35 027€).

• En 2023 : nous allons acheter pour 397 509€ de repas et percevrons de la part des familles 305 847€ (soit un reste à charge pour la Ville de 91 662€ sur cette seule composante « achat des repas »).

Concernant les autres communes citées en exemples par certains. Là encore, comparons ce qui est comparable :

• Pérols propose un tarif unique à 4.15€ et Lavérune un tarif unique à 3.40€.

• Lattes propose quant à elle des tarifs progressifs allant de 3€ à 4.90€.

Dans les communes où le même tarif est appliqué pour tous, le revenu des familles n’est pas pris en compte dans la tarification des repas.

Concernant les impôts locaux, comme indiqué lors de mes vœux aux Védasiens, aucune augmentation ne sera réalisée. Aujourd’hui, c’est la taxe foncière payée par les propriétaires qui finance les 872 153€ annuel de frais de cantine. Ces propriétaires peuvent être parents d’enfants bénéficiant de la cantine ou pas.

Je voudrais en dernier lieu revenir à nouveau sur notre lutte contre le gaspillage alimentaire, mais aussi sur l’équilibre des repas et le passage de 5 à 4 composantes dans le repas des enfants.

Le lundi 14 novembre 2022, lors de la livraison des repas destinés aux restaurants scolaires, nous avons constaté qu’il manquait une partie du menu à savoir l’entrée. Après avoir contacté le prestataire des repas, nous avons appris que pour faire face à l’inflation et maintenir son activité, il avait décidé sans concertation préalable de supprimer une des cinq composantes des repas.

Nous ne sommes pas la seule commune impactée, il y a eu de nombreux articles dans la presse à ce sujet. Nous avons mené l’année dernière des études sur le gaspillage alimentaire avec l’ensemble des équipes et la volontaire en service civique dédiée à cette mission. Si les conclusions de cette étude tendaient à passer à 4 composantes, elles devaient tout de même être confirmées par les parties prenantes (parents d’élèves, agents municipaux et élus).

Rassurez-vous, l’équilibre alimentaire (qui se calcule sur un cycle de 20 repas) est respecté. Ce dernier établit un plan alimentaire avec des menus à 4 composantes, dans le respect de la loi Egalim.

Concernant la création d’une cuisine centrale sur la commune financée par la Ville, il s’agit là d’une chimère. Les coûts inhérents à un tel projet seraient exorbitants pour les Védasiens et ceci pour un équipement qui produirait chaque jour moins de 1000 repas ! Pour être rentable, il faudrait qu’il produise à minima 5000 repas.

Enfin, je tiens à vous rassurer. L’équilibre alimentaire pour nos enfants, fait partie de mes priorités. Je suis conscient que pour certains jeunes Védasiens, le déjeuner du midi dans nos cantines municipales est le seul repas équilibré de la journée. C’est pourquoi, nos équipes œuvrent tous les jours au bien manger dans nos écoles.

Vous trouverez ci-dessous les chiffres détaillés relatifs au gaspillage alimentaire. Les pesées sont actuellement en cours (dernière pesée prévue le 30 janvier) mais voici les premières tendances après 9 pesées sur les 12 prévues (comparées aux résultats des pesées réalisées en 2021 et 2022) :

-

Le passage à 4 composantes n’a pas eu d’impact sur la consommation des enfants. En effet, en novembre 2021 (5 composantes), un enfant mangeait 312 g en moyenne lors d’un repas. En mars 2022 (5 composantes), un enfant mangeait 327 g en moyenne. En janvier 2023 (4 composantes), un enfant mange 323 g en moyenne.

Les enfants ne disent pas ressentir une différence depuis le passage à 4 composantes. Les parents d’élèves élus ont pu le constater lors de leur venue sur les écoles (lors de la semaine du 9 au 13 janvier 2023, dont vous trouverez ci-joint le menu détaillé) en questionnant les enfants. La qualité est donc restée identique et l’équilibre alimentaire est respecté (calculé par la diététicienne sur 20 jours).

Les quantités gaspillées ont fortement baissé, 35% des repas livrés (46% en novembre 2021, 41% en mars 2022) ne sont toujours pas consommés par les enfants. Il y a eu un impact important sur le gaspillage alimentaire (la quantité de nourriture non consommée a baissé de 268 grammes par enfant à 177 g soit moins 34%) mais il reste donc encore beaucoup de nourriture en fin de repas. Il y a donc suffisamment de nourriture pour satisfaire l’appétit des enfants.

Prenez soin de vous,

Prenons soin de nous,

Bien à vous,

François RIO

Maire de Saint-Jean-de-Védas 

Contactez-nous

root

Newsletter

ABONNEZ-VOUS !
Données personnelles

Ce site utilise des cookies. 

Les cookies sont des micro-fichiers contenant un identifiant et créés automatiquement dans la mémoire de votre navigateur lorsque vous utilisez notre site. Nous faisons cela pour améliorer notre site en comprenant mieux vos attentes et vos pratiques de navigation dans nos menus. Aucune information personnelle n'est stockée dans ce cookie. Si vous n'acceptez pas les cookies, nous vous invitons à quitter notre site car ils sont nécessaires à son bon fonctionnement.
Cookies utilisées sur saintjeandevedas.fr

- Cookies "identifiants de session"
- Cookies de mesure d'audience.