Avec ses danseurs algériens et burkinabés, il raconte l’histoire du bassin méditerranéen, thème qu’il affectionne particulièrement. Il aborde la notion du « barbare », ce mot qui qualifie souvent péjorativement cet autre, violent et non civilisé. Il le confronte à ce qu’on appelle par opposition le « nous », construit par la machine médiatique.

A travers ce spectacle, il tente de casser ces clichés pour donner à voir l’universalité, le mélange des cultures pour un avenir qui selon lui ne peut être que commun. Les corps sont puissants, la musique enivrante et l’écriture chorégraphique inventive.

« Les nuits barbares ou le rêve d’Alexandre » est un spectacle vivifiant, il éclaire comme une lumière salvatrice au bout d’un tunnel.

Chai du Terral / 18 février à 20h / dès 6 ans / 1h30 / Cie Hervé Koubi